Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Social Les "anges gardiens" de l'environnement réclament plus de moyens

0 04.02.2016 14:28
A Nantes, la manifestation rassemble près de 150 agents de tout le Grand Ouest.

A Nantes, la manifestation rassemble près de 150 agents de tout le Grand Ouest.

Photo PO-XB

Journée de mobilisation des agents de protection de l'environnement, ce jeudi, pour dénoncer le manque de moyens et la baisse des effectifs.

Venus de tout le Grand Ouest, près de 150  "policiers de l'environnement", chargés de faire appliquer la réglementation et de sanctionner les infractions, défilent actuellement dans les rues de Nantes. En poste à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), à l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), dans les parcs nationaux, au Conservatoire du littoral ou à l'Agence des aires marines protégées, tous dénoncent un manque de moyens pour assurer leurs missions.

"Depuis 3 ans, nos effectifs ont diminué de 10 %. En moyenne, nous ne sommes plus qu'une vingtaine d'agents par département. Il n'est plus possible d'assurer correctement nos missions ", souligne Aurélien Leduc, délégué Unsa. "Pour lutter contre le braconnage des civelles et des saumons, nous ne sommes que trois pour tous les Pays de la Loire et autant pour toute la Bretagne. Comment être efficace dans ces conditions ?", interroge un agent de l'Onema.

Dans ce contexte, le lancement de l'Agence française pour la biodiversité (AFB), prévu en janvier 2017, inquiète les personnels. "Nos champs d'action vont devenir encore plus larges mais à moyens constants, voire en baisse", redoute Olivier Ledouble, délégué CGT.

Les syndicats réclament aussi la reconnaissance de leurs métiers "à leur juste valeur", à travers la montée en grade des 1 200 agents qui, malgré leur statut d'inspecteurs de l'environnement, sont toujours en catégorie C, la plus basse de la fonction publique.

"On sort de la COP21, on entend beaucoup de grands discours sur l'environnement. Mais à un moment, il faut aussi que l'Etat se donne les moyens de ses ambitions", souligne Olivier Ledouble.

 

 

 


Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.