Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Société Insolite : Stéphane Sanchez soigne la réunionite

0 28.07.2015 16:00
Jérôme Jolivet

Jérôme Jolivet

Stéphane Sanchez organise une formation en management version pièce de théâtre. Des syndromes aussi sérieux que la réunionite ou l'infobésité sont abordés sur scène avec humour. Explications.

Les conférences austères et pontifiantes, ce n'est pas sa tasse de thé. Stéphane Sanchez, 49 ans, dont 20 passés dans des grands groupes français, a créé en 2008 Manèges, une entreprise de conseils et formation en management.

« Ici, quand on parle de conférence, on s'imagine le professeur grandiloquent, raconte le Nantais Stéphane Sanchez. Moi, je me suis inspiré des conférenciers nord-américains. Là-bas, on se rapproche plus du show. Je suis attiré par ces méthodes originales où le stagiaire retire un profit maximum de sa formation ».

« Je me suis inspiré des shows de conférenciers nord-américains »

L'an dernier, aidé par le metteur en scène Régis Florès, fondateur du Terrain Neutre Théâtre, à Nantes, il a mis sur pied une conférence sur les travers quotidiens des managers. Il est rejoint sur les planches par Rodolphe Collé, un acteur qui lui donne la réplique. « Il m'interroge, m'interpelle, me pousse dans mes retranchements, jusqu'à prendre ma place de conférencier », glisse le formateur.

Cinq syndromes à l'origine de dysfonctionnements récurrents observés dans la vie d'une entreprise sont abordés pendant 1 h 15, avant des séances de questions-réponses ou d'ateliers spécifiques. Le plus connu de ces symptômes ? La « réunionite ». « C'est elle qui m'a donné l'idée de ce fil conducteur, sourit Stéphane Sanchez. Mais je ne m'arrête pas au constat. Je préconise des solutions, préventives ou curatives. Ce n'est pas en arrêtant les réunions qu'on va régler le problème ! ».

Il y a aussi la « feelingtonite ». Un mal qui consiste à fonctionner au ressenti plutôt que sur des critères objectifs. Sur le recrutement par exemple. « C'est comme en amour, il y a de fortes chances que ça se termine mal ! ».

Ou la « supposite ». Chacun s'imagine des choses au lieu de se baser sur des faits précis. « S'il m'a dit ça, c'est que ça doit vouloir dire que... »

Stéphane Sanchez tente aussi de soigner la « paltendinite ». « Les gens qui disent "j'ai pas le temps" sont souvent sincères. Ils ne voient plus tout le travail qui a été abattu mais seulement celui qui reste à faire. Si on prévoit 16 heures de travail dans une journée de 8 heures, forcément ça ne tient pas... ».

Enfin, dernier mal qui ronge de plus en plus de cadres, « l'infobésité ». Les statistiques du patron de Manèges sont éloquentes. Un cadre recevrait en moyenne 65 mails par jour, dont 15 seulement seraient vraiment utiles. « Si on ajoute les tweets, le temps passé à répondre à tous ces messages, on atteint 30 % de l'activité journalière ! ».

La conférence-pièce de théâtre a déjà été jouée cinq fois. Dix autres dates sont prévues d'ici la fin de l'année. Pour des assistances de 15 à 150 personnes. De la PME au grand groupe, comme Véolia. « Tout le monde se reconnaît et c'est ce qui fonctionne », confie Stéphane Sanchez, convaincu qu'« on peut aborder des sujets sérieux avec humour ».

Jérôme Jolivet

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.