Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Saint-Nazaire Une carte à jouer sur le ferry du futur

0 05.07.2014 17:48
FERRY DU FUTUR SUPPLEMENT ECONOMIE NAVALE PRESSE OCEAN

FERRY DU FUTUR SUPPLEMENT ECONOMIE NAVALE PRESSE OCEAN

Ce mode de propulsion répond à l’évolution de la réglementation. STX a quelques longueurs d’avance.

 

Le chantier nazairien a marqué des points dans la course à l’innovation. En janvier dernier, STX a signé avec Brittany Ferries la commande d’un ferry au gaz. Un géant dans sa catégorie (210 m) doté d’une propulsion au gaz naturel liquéfié ouvrant la voie « vers une nouvelle génération de navires écologiques »

 

« La technologie des méthaniers, dans une version modernisée »

 

Une carte de visite importante qui inscrit le chantier nazairien à la pointe d’une technologie répondant à la nouvelle réglementation  sur les émissions de gaz d’échappement à partir du 1er janvier 2015. Pour Laurent Castaing, directeur STX France, « les ferries gaz sont une des solutions, sans doute la plus élégante et la plus prometteuse pour l’avenir ». Une technologie que le chantier nazairien maîtrise après avoir œuvré par le passé sur les méthaniers. « Mais le gros défi consiste à le transférer sur un navire à passagers », note de son côté, Xavier Leclercq, directeur technique chez STX.La commande de Brittany Ferries est en fait le fruit du programme Pegasis (Power efficient gaz innovative ship) initié dès 2010. « Nous avons un avantage compétitif car nous maîtrisons cette technologie avant les autres. Ce qui nous permet de nous placer sur ce marché en ce moment », souligne Laurent Castaing. Les ferries au gaz existent déjà. Mais le Pegasis se singularise par sa taille et son autonomie permettant une semaine navigation. Car l’une des difficultés réside dans le stockage du GNL. « Le gaz, même liquéfié, prend trois fois plus de place que le gazoil », explique Xavier Leclercq. Le chantier a donc choisi une solution de stockage avec des membranes qui permet « d’optimiser l’espace » au lieu de cuves d’acier gourmandes en place. « On reprend la technologie des méthaniers, dans une version modernisée », dit d’ailleurs le directeur du chantier Laurent Castaing. Une solution d’avenir, également choisie par la SNCM, même si la commande potentielle, malgré la signature d’une lettre d’intention, reste suspendue à l’avenir même de la compagnie.

 

Un second marché

 

Le développement de la propulsion au GNL devra toutefois s’accompagner de nouvelles infrastructures pour approvisionner les navires dans les ports. Avec là encore, peut-être, des opportunités pour STX. « Il va y avoir un deuxième marché pour de petits transporteurs de GNL afin d’alimenter les points de distribution. C’est un marché que l’on regarde aussi », précise ce dernier. « On parle là de petits méthaniers. Comme on sait faire les gros, on pense aussi qu’on sait faire les petits ».

 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.