Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Viticulture Fin du « pillage » de Cognac dans le muscadet

0 28.02.2017 16:57
Des vignerons de Cognac avaient rapatrié 300 hectares de droits de plantations.

Des vignerons de Cognac avaient rapatrié 300 hectares de droits de plantations.

Photo Archives PO

En décembre dans le Vignoble nantais, à Vallet et Monnières, des vignerons de Cognac ont arraché et brûlé des vignes avec des pneus et de l'huile de vidange pour transférer les droits de plantations en Charentes. Hier dans Presse Océan, le président délégué de la Fédération des vins de Nantes, Olivier Martin, disait « ne pas cautionner le transfert des droits de plantations » et reconnaissait ne « pas avoir les moyens d'agir. » Souhaitant stopper ce phénomène, la filière du Cognac a rencontré vendredi dernier le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, a indiqué aujourd'hui le quotidien La Charente Libre. Il s'était engagé à prendre une disposition. Aujourd'hui, il a publié un arrêté au Journal Officiel, applicable au 1er mars. Joint hier, Alexandre Imbert, directeur de l'Union générale des vignerons de Cognac (UGVC), précisait que l'arrêté « donne les moyens à France Agrimer de refuser les autorisations de replantations issues d'un transfert. » Jusqu'à aujourd'hui, « 300 hectares avaient été transférés depuis le Vignoble nantais (sans doute 150 à 200), le Roussillon et le Languedoc à Cognac. C'est donc un vrai soulagement pour notre région aussi car ces détournements déstabilisaient le Cognaçais. »

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.