Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Viticulture Les Nantais dénoncent les pillages des producteurs de Cognac

0 27.02.2017 20:08
Olivier Martin, président délégué de la Fédération des vins de Nantes.

Olivier Martin, président délégué de la Fédération des vins de Nantes.

Photo Presse Océan-Frédéric Testu

Après un saccage de vignes en décembre dernier dans le Vignoble nantais, à Vallet et Monnières, la Fédération des vins de Nantes veut l'arrêt des transferts des terres vers Cognac. Interview.

Presse Océan : Fin décembre, des vignerons de Cognac ont arraché des vignes dans le vignoble pour récupérer le droit d'en planter chez eux en Charente. Comment réagissez-vous ?

Olivier Martin, président délégué de la Fédération des vins de Nantes : « C'était consécutif au rachat de vignes par ces vignerons. Par la Safer (1), on sait qu'environ 150 hectares ont été achetés dans le but de rapatrier les droits de plantation dans les Charentes et augmenter leur surface pour distiller du Cognac. »

Mais on sait par des vidéos de viticulteurs que dans le Vignoble nantais, à Vallet et Monnières, ils ont arraché ces vignes avec des pelleteuses et les ont fait brûler avec des pneus et de l'huile de vidange...

« On n'a pas les détails, mais il semble que ces arrachages n'ont pas été faits en bonne et due forme : ça doit se faire idéalement par enlèvement des souches. Avec l'accord de la municipalité, elles peuvent être brûlées. Mais pas avec ces matériaux. »

L'huile de vidange, les pneus ?

« C'est tout bonnement inacceptable. On ne peut pas cautionner ça tout comme on ne peut pas cautionner le transfert des droits de plantation d'un territoire à un autre. Mais juridiquement, on n'a pas les moyens d'agir... »

(1)Safer, société d’aménagement foncier et d’établissement rural

Lire la suite de l'interview ce mardi 28 février dans le quotidien Presse Océan

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.