Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Chantage à l’emploi en vue chez Volkswagen selon un spécialiste nantais

3 13.10.2015 10:15
Bertrand Venard, enseignant à Nantes, décrypte le scandale Volkswagen.

Bertrand Venard, enseignant à Nantes, décrypte le scandale Volkswagen.

Photo DR

Bertrand Venard, professeur à Audencia Nantes École de management, décrypte les conséquences du scandale Volkswagen.

Presse Océan : Quelles sont les conséquences de la fraude pour le groupe Volkswagen ?

Bertrand Venard : « Une fraude économique a toujours des conséquences multiples. Son ampleur est en partie imprévisible. Le coût financier est un cumul d’amendes, de frais de rappel des véhicules, des frais d’avocats, de publicité pour restaurer l’image de l’entreprise, de réorganisation, des pertes financières découlant d’une baisse des ventes. Le montant cumulé peut être énorme. »

La taille et le poids de Volkswagen dans l’économie allemande placent-ils le groupe en position d’intouchable ?

« En Allemagne, Volkswagen reste un mastodonte pour l’économie. L’entreprise a toujours des liens avec l’État allemand. Ce lien ne confère pas une totale impunité à Volkswagen. Cependant, on peut avoir confiance dans la justice allemande pour avoir la main lourde contre Volkswagen. En effet, la fraude remet en cause le dogme de la qualité ’’made in Germany’’.»

Le chantage au licenciement est-il crédible ?

« Ce chantage va avoir lieu. Matthias Müller, le nouveau patron du directoire de Volkswagen, a rappelé que le groupe emploie plus de 600 000 personnes dans le monde, dont 270 000 en Allemagne et que des licenciements pourraient survenir. Une communication sur les difficultés économiques du groupe va se faire plus insistante à partir de décembre 2015 et janvier 2016. Cette manière d’opérer a été utilisée par le groupe Servier au cœur de l’affaire du Mediator. »

Plus d'informations dans Presse Océan du mardi 13 août.  

Commentaires (3)

Quelle injustice
seb4449 mar, 13/10/2015 - 11:48

Donc une fois de plus ce sont les salariés qui n'y sont pour rien à cette fraude qui paieront les pots cassés.

Comment voulez-vous que ceux-ci soient motivés?

Quand une entreprise va bien, c'est à peine si ils ont une petite hausse de salaire quand leurs grands patrons et leurs amis actionnaires brassent par millions, et quand ça ne va plus les salariés sont les premiers à être licenciés (et soit le patron reste en place, soit il part avec une grosse indemnité)...une honte

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.